ipséité & eccéité

tonk cage 1

– Annamite

– Je me doutais que votre exotisme ne se cantonnait pas au domaine médical. Vous connaissez Joséphine Baker ?

– Oui (elle sourit)

[C’est moi qui suis sa petite,
Son anna-na, son anna-na, son annamite]

– mon grand-père me chantait cette chanson

– bien sûr

Il se tient de profil face à elle, croise les jambes et s’adosse un peu plus à son siège, signe qu’il a envie de digresser. Avec elle.

Il a sa blouse blanche, indissociable de ses consultations

Elle se demande comment il s’habille dans la vie civile et peine, du coup, à l’imaginer  en dehors de son cabinet

[Il m’appelle sa p’tite bourgeoise
Sa tonkiki, sa tonkiki, sa tonkinoise]

– Personnellement, je suis plus familier de Dvořák ou Ketèlbey

– Lady Héroïne

– Vous dîtes ?

Elle aime bien son niveau de langage, soutenu

Elle aime bien aussi quand il lui explique l’électrophorèse des protéines sériques ou que, non, décidément, le taux de saturation du fer dans son sang ne présente aucune anomalie, qu’il est parfait

– Comme vous… oui vraiment, c’est fou, vous êtes magnifique, vous frisez la perfection

Il dit cela en secouant la tête et en soupirant, il lève à peine les yeux de sa feuille d’analyses

Alors à cet instant elle sourit encore, lève les yeux un tout petit peu au ciel, minaude, juste manière, mais elle a bien perçu son trouble

comme la dernière fois

Pire elle l’a encouragé, programmé, calculé, lorsqu’elle a choisi sa robe couleur du temps

il était frais ce jour-là

sa robe couleur de feu, et accordé le fard de ses paupières, l’ombre sur ses pommettes, pâlit son teint plus que de raison, pour devenir mirage

Les trois coups (l’entrée)

– Vous êtes magnifique, il vous va à ravir ce maquillage, vraiment

Combien de médecins complimentent leurs patientes sur l’harmonie des ombres portées

Les statistiques sont sûrement en sa faveur

C’est sa manière à elle de s’assurer qu’elle est bien vivante,

Animée

(souffle, vie)

S’il la trouve jolie, voire émouvante, il  prendra soin d’elle, avec attention,

Elle ne sera pas interchangeable, entre une rhino et un lumbago,

Il se rappellera, lui qui oublie tous les autres, son prénom pour de bon

[D’autres lui font les doux yeux
Mais c’est elle qu’il aime le mieux]

Elle existera, à la ville et au monde

Elle se raccroche aux stimuli, feedback, à ce qu’elle lit dans ses yeux

Elle a l’habitude, trapèze sangles ou corde lisse

Elle pratique régulièrement

Un goût acquis depuis l’enfance,

Et son Absence (à Elle, le Fantôme de ses pas)

– Gainsbourg… il s’est inspiré du marché persan de Ketèlbey pour ce morceau

[Tous les charmes de la  Perse]

– C’est une ode à une femme ?

– C’est une ode à une drogue

Il lui fait les gros yeux – pour de faux – lui décoche un sourire, entre deux larmes,

Plus tôt, il a déchiré un bon mètre de drap d’examen pour les sécher

à propos de larmes

– Vous n’y pensez plus à cette sorcière de gynéco ?

– Un peu encore, si

Elle baisse la tête comme une collégienne, elle fait la moue

La main sous son menton, elle squatte son bureau, prend ses quartiers

[Je suis vive, je suis charmante
Comme un p’tit z’oiseau qui chante]

Elle le regarde traverser le bureau, prendre sa fiche, celle où il note tout ce qui la compose biologiquement, tout ce qui fait d’elle un être de chair et de sang, les contreparties chimiques, les dosages, les normes, les tendances, les pics, les vigilances

Elle voudrait prolonger la parenthèse, qu’il continue à lui parler de Casablanca, de Prague et de Kafka, des blessures de l’âme en Europe Centrale, des Fjords norvégiens et de la qualité indéniables de ses protéines sanguines

Exit le monsieur gras et transpirant dans la salle d’attente,
Exit la jeune rebeu qui pianote sur son portable dans l’anti-chambre
Exit la mère de famille catastrophée, genoux couronnés et larmes sanglotantes,

C’est peut-être sa voix, basse et fracturée par une presque-mort il y a 2 années (son cœur se suspend à cette pensée), ou son humanité, ou peut-être le regard qu’il pose sur elle, et qu’elle constate incrédule, anthropologue de l’impact, physicienne de l’effet, niveau amateur

– Vous savez, il est des femmes qui ne supportent pas la  féminité lorsqu’elle se présente à elles

[Aussi pure que Justine]

Elle se demande combien d’années les séparent

Elle, lui, et ses cheveux argentés

(- Un t, m,n… et votre nom il se prononce comment ?)

Elle regarde la photo de ses petits-enfants

– Ils ont quel âge ?

Il l’attrape pour lui montrer de plus près

(3 ans)

– Vous revenez me voir dans 10 jours ?

Elle souffle un oui-bouée, les yeux salés

Il lui serre l’épaule

la pacifier

– Je penserai bien à vous

 

 

Publicités

7 réflexions sur “ipséité & eccéité

  1. J’aime tellement tes mots – ils me font voyager, découvrir, apprendre, partager des moments d’émotion qu’on devine entre les lignes. Je lis, je relis, j’imagine, je souris en captant un petit quelque chose par ici, un autre par là. C’est une belle promenade pleine de douceur et de sensualité.
    La suite est donc imminente?
    Je t’embrasse fort et te réponds très vite
    ❤ ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, ton commentaire me touche, c’est très gentil 🙂 dans moins de 3 semaines nous serons là où tu as tes racines ❤ Il me tarde de découvrir ce pays, pour Franz et Milena, pour Kundera, pour Dvořák. Je t'embrasse en retour ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Ben dis donc, ça change un peu de la sorcière, hein? Ça fait du bien de côtoyer des personnes qui nous chouchoutent comme ça… parce qu’on le vaut bien ;-).
    Et c’est vraiment chouette que tu aies repris la plume ! Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. Il est aux antipodes de la Sorcière. En tout cas avec moi 🙂 Il est adorable, bienveillant, compétent et il a beaucoup d’humour. Que des bonnes vibrations. (Et sans dépassement d’honoraires \0/ 🙂 ) Tu habiterais mon quartier je te le conseillerai. Je t’embrasse aussi ainsi que ta petite cascadeuse 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s