Théâtre d’opérations extérieures (Mururoa)

De jeunes couples vont et viennent dossiers à la main et sourires aux lèvres.

Ils sont forcément jeunes puisqu’ils demeurent dans Le Parcours

(eux)

Je reconnais les fiches de prescription,

La maladresse des garçons,

Des filles, leur détermination

Ici et là sur les lèvres des secrétaires je distingue les sonorités familières

J3, coelio, hystéro,

Comme des noms de destinations exotiques évocatrices de paradis lointains mais perceptibles,

îles-archipels aux barrières de promesses

Des dates sont proposées, des perspectives se dessinent,

Ils en suivent les contours d’un regard doux et sombre,

ourlé de probabilités

L’horizon pour un temps élargi dans leur champ de vision.

Je réalise alors, mes yeux-rosée, mon ventre-papillon, mes poumons-apnée,

(ne pas pleurer)

que tout cela me manque,

Moi aussi je veux être un nom sur leurs agendas papiers,

Avoir une heure et une date pour le lancement des possibilités,

Que l’on s’inquiète de l’épaisseur de ma muqueuse

De la qualité de ma matrice,

Etre de nouveau dans Le Fichier        

Sommée de pointer au labo du 2ème

Avec des bouts de moi dans des éprouvettes,

Et mon lot personnalisé d’étiquettes,

Même si je me perds toujours dans les couloirs,

Petit Poucet biotique,

Je veux être de celles à qui l’on souhaite bonne chance quand on me serre la main

Et plonger dans le regard franc du praticien,

Me lover avec confiance dans sa blouse blanche,

Collectionner les consultations,

Exploser le plafond autorisé

dépassements d’honoraires surfacturés,

Creuser à mains nues le trou béant de la Sécu,

Avaler tout cru les codes des actes non conventionnés,

Répéter à l’envi mon consentement éclairé,

Faire des feuilles de soins ma littérature du matin,

Des pds mon livre de chevet.

La salle d’attente mauve pour témoin,

Je déplore l’affection qui est mienne,

Affigeante banalité,

Pas d’enjeu de vie ou de mort,

Exit les tragédies Shakespeariennes

Je suis juste là.

Sur mon fauteuil lilas,

Je voudrais que l’on s’occupe de moi

Encore un peu, encore une fois.

Publicités

8 réflexions sur “Théâtre d’opérations extérieures (Mururoa)

  1. Qu’il est rare de lire d’aussi belles phrases pour décrire cet univers.
    Qu’est-ce qui t’a menée vers ce fauteuil lilas? Est-ce que peut-être vous envisageriez de retenter, ou est-ce définitivement exclu?
    Trop loin pour te serrer la main, mais ça ne m’empêche pas de te souhaiter bonne chance, quelle que soit ta direction actuelle.
    Et de t’envoyer de gros gros bisous
    ❤ ❤

    Aimé par 3 people

  2. Ça me fait plaisir de te lire, ta jolie plume me manquait !
    Je me suis souvent demandé comment tu vivais tout ça, sans jamais oser te poser la question franchement, c’est vraiment idiot. Pour être honnête, j’ai pensé longtemps que vous changeriez peut-être d’avis… J’imagine qu’il y a de nombreux « Et si… Et si… » qui trottent dans ta tête, ça ne doit pas être évident à gérer…
    Je t’embrasse et te dis à très bientôt.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s