Crystal Blue (life and death of a tear)

tumblr_m4jf0kobxx1r0i205o1_1280

« Désolée, il fait un peu sombre, on attend l’électricien, cela fait 3 fois qu’on le relance… »

C’est un petit bout de femme aux yeux très clairs, elle a peut-être été jolie il y a longtemps. Là, en la regardant, perdue dans son local surdimensionné, on se dit que la vie n’a pas dû lui offrir que des pochettes-surprises douces et édulcorées

C’est un foutoir sans nom, dans lequel il fait effectivement trop sombre pour distinguer la pacotille de l’inutile, le sans-valeur du rebus, un sous-prolétariat du vide-grenier, les limbes de la brocante, un pandémonium de l’antiquité

Vente d’objets usagés 

Poupées dézinguées, flacons publicitaires dépareillés, abat-jour fanés, électroménager bafouant toute règle de sécurité, un camelot de la médiocrité

« Il faut juste qu’il nous change les starters sur les néons »

Elle ne cesse de parler la petite dame aux yeux délavés, trop heureuse de nous voir débouler, chalands venus de la grande ville, de toute évidence un peu plus privilégiés

« Là, je n’ai pas eu le temps de dépoussiérer, avec tous ces camions qui passent devant »

Elle ne voit pas que la poussière devrait être le cadet de ses soucis dans la longue liste des preuves à charge contre son fracas de vieilleries

« C’est sûr, il faut avoir le coup de coeur »

Certes, et ce n’est pas faute d’essayer, nous on voudrait lui faire plaisir à notre camelot aux yeux d’azur fané, alors on scrute dans son capharnaüm désenchanté tout ce qui pourrait sortir du lot, oh on n’en demande pas trop, l’affaire du jour n’est pas au programme de son attirail, mais juste un truc, même cassé, même pas dépoussiéré, même daté, justifiant qu’on lui laisse quelques euros, la maintenant dans l’illusion qu’ici se font des transactions, justifiant sur la devanture, en peinture écaillée, l’appelation Brocante

« 46 ans que je fais ce métier »

dans un accent Ménilmontant, géolocalisation sociale et géographique ; l’argumentaire bien que palatisé n’est pourtant pas très rôdé, mais c’est mieux comme ça, de toute façon, il n’est pas grand-chose à bonimenter dans cet impedimenta indiscipliné et puis son meilleur argument de vente à elle, sa carte-maîtresse, son As de coeur,  ça reste encore ses yeux couleur-passé, au bord desquels pend une petite larme perpétuelle, rattachée à sa vie d’avant, celle où elle était parisienne, celle où son fils était encore vivant, où il l’aidait avec son affaire de bric-à-brac au plus offrant

On réalise alors le temps suspendu qui plane au-dessus de sa pétaudière, figé dans un fourbi éternel, l’instant T d’une farce tragique, miroir vénitien de son chaos personnel, galerie des glaces d’une vie cabossée, que la crise n’est pas juste un titre de plus à nos JT

« S’il y en a qui en ont trop, les gens n’ont plus d’argent à dépenser »

Elle insiste pour que l’on passe dans « l’autre pièce, celle qui est rangée », sa crème de la crème à elle, dans son chez-elle, sa caverne d’Ali Baba, dernier va-tout désespéré, dont on sait déjà l’espérance vaine, on chemine dans son intimité, au propre comme au figuré, le petit évier, la cuisinière, solitude mâtinée de précarité

Elle nous présente Minette, squatteuse improvisée, ange gardien sur ses jours d’ombres

« Je ne voulais pourtant plus d’animaux, avec la Départementale, vous savez »

Elle nous raccompagne sagement, je fixe la Larme sur son oeil piscine, les deux élastiques qui scindent sa chevelure d’une raie juvénile

« Mais je ne voudrais pas vous assombrir avec mes histoires »

derniers mots crève-coeur, soleil couchant sur notre rencontre, nous la laissons là dans son hangar désaffecté, ses couettes adolescentes régnant sur les vestiges de milles passés.

En bord de route D6113.

 

 

Publicités

8 réflexions sur “Crystal Blue (life and death of a tear)

  1. Tu sais quoi, Automne, tes textes sont toujours comme de merveilleux cadeaux que tu nous offres !! J’en suis vraiment émue, parce que lire autant de talent dans ce lieu si intime, ce petit bout de toi, c’est réellement un privilège pour moi. J’ai le sentiment que tu n’offres qu’à un lectorat trié sur le volet un talent qui mériterait bien plus de reconnaissance !! J’ai la certitude que tu pourrais te faire éditer… Bref, pour résumer, juste: MERCI !!! ❤

    J'aime

    1. C’est très gentil… même si personnellement je pense que nombreux/ses sont ceux et celles qui écrivent – avec plus ou moins de bonheur – sur la blogosphère et que je ne suis qu’une dans cette immensité 🙂 Mais je prends les compliments, sans problème 🙂 ❤

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s