Tell my mother I love her

Dans ma mémoire blanc et noir,

Tu as les couleurs saturées d’une décennie choc pétrolier,

Tes longs cheveux noirs non frangés,

Tes jupes sont culottes et ton foulard noué,

Tes ongles vernis ultra féminité,

T’es belle comme une Karole Rocher* derrière son comptoir dézingué.

 

Cristal Palace,

Les souvenirs sont fugaces.

 

Les lobes de tes oreilles glacés,

Hiver 75,

Une plage, un été,

Au camping du Faret.

Souvenirs photographiques,

A défaut d’empiriques,

Clic-clac Kodak,

Miracles à l’argentique.

 

A dimension unique,

Sans saveurs ni odeurs,

Amnésie tactile,

Hémophilie mère-fille.

Je suis l’O positive,

L’opposition,

La non-transition,

J’ai rompu le cercle,

Brisé la chaîne,

Coupé le cordon,

Sans filiation.

 

Polaroïds polarisés,

Fragments de vie surexposés,

Je noircis mes cheveux,

Pour te retrouver.

 

Mon allégeance,

Nos ascendances.

Mimétisme génétique,

Phénotype artisanal,

Bricolage ancestral.

 

J’invoque ton adn

Sur l’autel des artifices,

Liaison covalente,

Domestication convalescente.

 

Miroir, miroir,

Rafistoler l’identité,

Raccomoder l’intimité,

Dentelière moléculaire,

Rapprochement interstellaire.

Te conserver au creux de moi,

Encore un temps,

Encore une fois.

 

* Karole (film <3<3<3)

Publicités

4 réflexions sur “Tell my mother I love her

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s